introduction / l'écodélinquance


l'écodélinquance

dernière mise à jour le : 24-1-2021

Comment éviter les pratiques de sociétés éco-délinquantes ?

Le nombre très élevé d’arnaques il y a 10 ans a été due à un simple fait : la plupart des installateurs photovoltaïques de l’époque ont été des artisans peu qualifiés, attirés par des nouvelles aides alléchantes et de l’argent facile. Certains étaient des véritables escrocs. Leur tactique : monter une entreprise écran sans labels voire sans technicien, vendre des installations photovoltaïques (la pose n’étant parfois jamais effectuée), puis de déposer bilan. Résultat : fuites, incendies… Cette tendance, en baisse mais toujours présente dans la filière photovoltaïque, porte un nom : l’éco-délinquance.

L’éco-délinquance est tellement varié qu’elle comporte en elle trois différentes typologies. D’abord l’arnaque technique et les sinistralités, une fois répandu mais rare aujourd’hui. Puis, l’arnaque commerciale qui est malheureusement très répandue parmi certains escrocs qui se passe pour des installateurs photovoltaïques. Finalement, les arnaques financières. Les dernières peuvent être très simples : vendre un système photovoltaïque à 3 fois son prix normal. D’autres sont plus insidieuses…

La filière photovoltaïque a pris en maturité et la réglementation a évolué, mais beaucoup d’idées reçues demeurent. Dans cette section du Guide Complet, nous allons donc vous présenter un récapitulatif complet de l’ensemble de l’éco-délinquance en 2021.

Contenu du guide

1. Les arnaques techniques

i. Les sinistralités de l’équipement
ii. Une mauvaise pose
iii. Dimensionnement mal-adapté

2. Les arnaques commerciales

i. Le démarchage abusif
ii. Simulations inexactes
iii. Mensonges et faux représentants
iv. Absence de S.A.V.

3. Les arnaques financières

i. Devis hors de prix
ii. Autofinancement magique

1. L'éco-délinquance technique

Points à retenir :

  • Optez pour les modèles dernière génération, de marques fiables, avec micro-onduleurs.
  • Évitez une mauvaise pose en choisissant un artisan sérieux, et optez pour un tiers contrôle de qualité.
  • Évitez de signer un devis si l’évaluation de votre ensoleillement et dimensionnement ne vous paraissent pas exacts et précis.
  • Vérifiez le sérieux de l’installateur photovoltaïque : années d’activité, label RGE récent, assurances et garanties.

1.i. Les sinistralités de l'équipement

L’équipement utilisé dans un système photovoltaïque comprend les panneaux photovoltaïques mais aussi : l’onduleur(s) ; le câblage ; un système de montage ; un régulateur de charge ; un coffret de protection et un disjoncteur dédié ; un compteur de production.

Panneaux photovoltaïques défectueux

Ce premier type de sinistralité a été mis en avant car il n’arrive que très rarement. En effet le développement rapide de la filière photovoltaïque et l’innovation technique ont réussi l’exploit de produire à l’échelle industrielle des panneaux solaires extrêmement fiable.

laboratory_testing

Tous les fabricants proposent des garanties conformément à la loi en cas de panne du panneau photovoltaïque lui-même. Il n’y a que les pires escrocs pour poser un matériel défectueux, mais il sont par conséquent très facile de les repérer. Évitez les modèles d’époque et partez plutôt sur des marques fiables.

Onduleurs défectueux

La plupart des sinistralités sont celles des onduleurs. Il arrive parfois que l’onduleur prenne feu, voire même qu’il brûle puis explose ! Moins spectaculaire et mais plus souvent, l’onduleur tombe simplement en panne. Les dysfonctionnements des onduleurs ont plusieurs causes.

Il existe une plus grande différence entre les onduleurs bas de gamme et haut de gamme qu’avec les panneaux photovoltaïques, notamment dans leur durée de vie. La durée de vie d’un onduleur central est de 10 ans en moyenne. Puisqu’un panneau solaire a une durée de vie de 25 ans en moyenne, il faut s’attendre à une, voire plusieurs, pannes dans la durée de vie de votre système photovoltaïque avec un onduleur central.

Il existe en revanche des modèles nouvelle génération qui sont aussi fiables que les modules photovoltaïques. Certains micro-onduleurs, qui s’attache au panneau solaire, durent 25 ans. Sachez cependant que la grande majorité des sinistralités des onduleurs sont dues à une mauvaise pose.

1.ii. Une mauvaise pose

Un installateur photovoltaïque non-qualifiée rime souvent à une mauvaise pose, un système photovoltaïque défectueux, ou même une dégradation de votre maison… Parfois les intervenants sont peu honnêtes voire des sous-traitants inconnus pour qui la qualité de la pose n’importe que peu.

Surchauffe et risque d’incendie

Un dimensionnement insuffisant de l’installation électrique par rapport à la puissance du système photovoltaïque cause des problèmes de surchauffe. L’onduleur, en gérant la production électrique de votre système photovoltaïque, est susceptible de prendre feu. Généralement, l’échauffement des boîtes de jonction des modules photovoltaïques, des connecteurs de câbles, des coffrets de dérivation et de l’onduleur peuvent tous être la cause d’un incendie.

Bonne nouvelle : la sécurité électrique de votre système photovoltaïque est très facile à contrôler avant la mise en service.

Problème d’étanchéité des panneaux photovoltaïques

Une mauvaise pose entraine aussi des infiltrations d’eau. La cause des fuites est une mauvaise étanchéité de la toiture à la suite de la pose. Le système de rails et de montage est mal posé.

Les problèmes de fuites arrivent presque toujours quand l’installation photovoltaïque est intégrée au bâti, car cette technique nécessite une double compétence couvreur chevronnée du professionnel. D’ailleurs, les sinistres concernant les systèmes photovoltaïques intègres en toiture, liées aux procédés ou à leur mise en œuvre, concernent 30% des cas de dysfonctionnement selon le rapport de l’Observatoire de Qualité de Construction de 2017.

Les problèmes infiltrations d’eau sont donc évitable : leur cause est une mauvaise pose par un professionnel non qualifié et l’absence de contrôles de qualité.

Erreurs de câblage

Finalement, les systèmes photovoltaïques tombent en panne à cause de mauvaises isolations des câbles, de l’humidité, et d’autres manquements à l’installation électrique, par de mauvais intervenants. Encore une fois, un contrôle de qualité simple avant la mise ne service est suffisant pour vérifier la conformité aux normes électriques de l’installation photovoltaïque.

1.iii. Dimensionnement non-adapté

Certains intervenants peuvent aussi installer un système photovoltaïque mal dimensionné pour votre foyer. Chaque foyer est unique : chacun à un toit précis et une consommation électrique particulière. Le solaire résidentiel est donc très hétérogène. Votre système photovoltaïque doit être impérativement sur-mesure par rapport à votre maison et votre consommation électrique.

Malheureusement, la plupart des installateurs photovoltaïques n’ont simplement pas les outils pour vous proposer une étude exacte, au kWh/m² près, de votre gisement solaire. L’absence de sur-mesure avec précision technique de la part de l’intervenant entraine des études de faisabilité photovoltaïque douteuse. Les offres s’appuient donc sur de fausses estimations.

Sauf que dans une majorité des cas des kits en autoconsommation homogènes sont proposés, souvent de petits systèmes photovoltaïques de 3kWc. Cette pratique est populaire car vendre des petits systèmes photovoltaïques homogènes s’avère plus facile, et leurs prix sont forcément moins élevés. L’arnaque est donc technique si la signature du devis suppose la réalisation d’une promesse consciemment irréalisable. Résultat : la visite technique révèle des mauvaises surprises qui aboutissent à un rendement décevant.

Résultat : la famille se retrouve avec un système photovoltaïque d’une production trop faible. La rentabilité et l’autonomie souhaitée sont compromises. Pire, les familles qui ont signées des contrats de crédit se retrouve avec des échéances plutôt que des économies. De plus, il est très difficile de rajouter des panneaux solaires a une maison solaire existante. La plupart des systèmes photovoltaïques originellement mal dimensionnés n’ont ni mérite économique ni écologique.

2. L'éco-délinquance commerciale

Points à retenir :

  • Restez méfiant et évitez de partager vos coordonnées qu’avec les professionnels qui mettent en valeur un service client exemplaire, priorisant la pédagogie et la transparence.
  • Insistez sur un dimensionnement sur-mesure avec précision, et une modélisation financière détaillée, avant de signer un devis.
  • Demandez toujours des renseignements sur le S.A.V. et tarifications de l’installateur.

2.i. Le démarchage abusif

Le démarchage abusif de clients est malheureusement une pratique bien connue. Nombre de litiges records, lourdes amendes pour certains grands groupes (tels que Engie en 2020) … la filière photovoltaïque est elle aussi touchée.

Toujours le démarchage téléphonique

Au podium : le démarchage téléphonique. Une nouvelle loi visant à encadrer le démarchage téléphonique interdit la vente d’équipements ou la réalisation de travaux pour des logements en vue de la réalisation d’économies d’énergie ou de la production d’énergies renouvelables.

Malheureusement aujourd’hui encore la plupart des sites internet de comparaison d’offres, ou encore de « devis gratuits », ont pour métier de revendre vos coordonnées aux commerciaux. Les commissions sont telles que peu de personnes se privent de vous harceler pour obtenir votre signature ; notamment dans le cas de contrat de crédit.

Des démarcheurs toujours nombreux

Mais il y a aussi les démarcheurs porte-à-porte, voire aux salons et foires. Il est important de connaitre ces droits et surtout de garder le contrôle sur le rythme des échanges. Les autorités ont toutes publié des recommandations et bonnes pratiques, il suffit de trouver un professionnel qui les respecte.

2.ii. Simulations inexactes

L’absence d’outils de dimensionnement avec précision technique permet à certains commerciaux malhonnêtes d’exagérer les rendements et de vous promettre la Lune. La forme est par conséquent composé de jargon pseudo-technique, pendant que le fond reste composé de poudre de perlimpinpin.

Productible photovoltaïque de la puissance surfacique, rendement, production, autoconsommation, autoproduction, taux d’autonomie… chacune des variables est susceptible d’être inexacte sans outils de pointe. La plupart des artisans ne prennent pas en compte les ombrages et obstructions du toit. Certains quant à eux sont amenés à ne pas prendre en compte les différences entre les surfaces du toit.

D’autres se contentent d’une seule facture pour vous calculer votre taux autoconsommation « exacte ». Celui-ci nécessite un calcul de votre profil électrique, taux d’autoproduction. Il y en a qui, quant à eux, vous promettent des résultats calculés sur un bout de papier…

2.iii. Mensonges et faux représentants

Les mensonges, exagérations volontaires ou omissions sont trop nombreux pour être toutes cités. Parmi les exemples les plus récurrents on retrouve l’emploi de chiffres erronés (rendement en kilowatt-crête plutôt que kilowatt-heure), l’omission d’informations (la perte du rendement des modules photovoltaïques). Idem pour les aides. Certains mettant en avant des aides qui n’existent plus (crédit d’impôt), des aides de rénovation énergétique qui ne s’applique pas au photovoltaïque (le fameux « à 1 € »), ou encore celles qui non jamais existées.

Les mensonges sont aussi identitaires. Beaucoup de démarcheurs n’hésitent pas à prétendre d’être des installateurs photovoltaïques, pendant qu’ils sont juste des rapporteurs d’affaires. Certains professionnels mentent à propos de leurs labels, assurances, et garanties. Les assurances sont indispensables en cas de sinistre, sans lesquelles vous ne serez pas indemnisé. Le RGE, sans lesquelles les aides ne sont pas versées et qui doit être renouvelée annuellement, ne l’est souvent pas. Il arrive même que des démarcheurs se fassent passer pour des employés « agréé » d’organismes publiques (EDF, Ademe, Enedis, la région, etc.). Ces mensonges sont donc utilisés comme moyens pour vous rassurer, voire pour vous justifier des privilèges invraisemblables.

Selon une étude de Saretec de 2013, sur 142 des installateurs ayant réalisé au moins une installation défectueuse, 102 n’avait pas de qualifications spécifiques (comme le label RGE). Cela montre bien que la vérification des qualifications d’un installateur photovoltaïque s’impose comme critique.

Finalement, il arrive même que des démarcheurs se fassent passer pour des employés « agréé » d’organismes publiques (EDF, Ademe, Enedis, la région, etc.). Généralement, les mensonges sont donc utilisés comme moyens pour vous rassurer, voire pour vous justifier des privilèges invraisemblables.

2.iv. Absence de S.A.V.

Au moment de la signature pas tout le monde vérifie le service après-vente (ou service après-pose). Malgré le minimum, l’entretien du panneau solaire est obligatoire pour une production optimale.

Dans le pire des cas, certains vendeurs n’en offrent aucun, car ils ne sont pas vraiment des installateurs photovoltaïques. Vous avez donc aucun recours en cas de panne sans les coordonnées du sous-traitant technicien.

La plupart installateurs photovoltaïques en offre, mais séparément de la pose. Vous vous retrouver donc à payer pour des dépannages au-même intervenant qui vous les a causés à la suite d’une mauvaise pose. Il est donc important d’être informer, et d’éviter au maximum le risque de sinistre.

Autre les cas de dépannage, certains d’intervenants ne proposent pas de suivi en ligne de production des panneaux photovoltaïques. Vous découvrez donc le rendement réel de votre système photovoltaïque qu’avec le bilan de votre revente de surplus un an après la pose. Pire, vous n’avez aucune façon de savoir quand un panneau solaire tombe en panne, voire s’il y a un besoin de nettoyage.

Il est cependant facile de demander des précisions sur le service après-pose, voire même d’insister sur les micro-onduleurs qui permettent un suivi panneau par panneau à distance et en temps réel.

3. L'éco-délinquance financière

Points à retenir :

  • Renseignez-vous sur le vrai prix d’une installation photovoltaïque, aides incluses.
  • Évitez l’autofinancement par crédit auprès des organismes de crédit proposés par l’installateur photovoltaïque.

3.i. Des devis hors de prix

Il y a autant de devis qu’il y a d’installateurs photovoltaïques. Trop souvent, les devis sont tout simplement hors de prix. Ceci est facilité par la chute dramatique (et réel) du prix du panneau photovoltaïque - 89% en 10 ans. Il est donc facile pour certains de vous facturer en utilisant les prix d’il y a dix ans. Les charges liées à la pose, les démarches et les déplacements, mais aussi celles liée aux commissions des commerciaux, n’ont pas changé. Il est donc facile de cacher les marges derrière des justifications faciles.

Aides inexactes

Bien que des arnaques commerciales, les approximations et omissions des commerciaux sur les aides ont un impact quantitatif sur votre compréhension de la rentabilité de votre projet. Mise appart les mensonges flagrants, voici quelques exemples de malhonnêtes de commerciaux. D’abord, sachez que la revente du surplus est imposable. Ce fait est trop souvent mis de côté dans les projections financières.

Deuxièmement, le tarif d’achat employé est parfois délibérément erroné. Soit un des tarifs d’achat de l’époque (plus élevés) est cité, soit un tarif d’achat de vente en totalité (plus élevée) est utilisé. Troisièmes, pas tous les commerciaux vous précisent que la prime à l’autoconsommation est versée sur 5 ans. Or le calcul de la rentabilité exacte nécessite d’une modélisation financière détaillée sur 25 ans. Par conséquent le facteur de temps doit être employé.

3.ii. L'autofinancement magique

L’autofinancement proposé directement par l’intervenant, à travers des organismes de crédit, et une source importante d’arnaques.

Une contrainte juridique

Premièrement, votre responsabilité de remboursement du crédit est séparée de la performance de votre système photovoltaïque, car le contrat de crédit est signé séparément. Les conditions du contrat de crédit, quant à lui, sont non-modifiables.

L’autofinancement au travers d’une société de crédit s’avère donc souvent risqué si les prévisions de rendement, et donc de gain économique, s’avèrent inexactes. Car le cas échéant certaines familles se retrouvent à rembourser le système photovoltaïque à une perte. Attention aux arnaques commerciales et techniques…

Sachez que l’éco-PTZ (prêt à taux zéro) s’applique uniquement aux panneaux solaires thermiques, aerovoltaïques et hybrides ; et non aux panneaux solaires photovoltaïques. Certains arnaqueurs pourront vous dire le contraire en vous vendant un crédit d’un organisme de crédit.

Des taux onéreux

Les taux proposés par les organismes de crédit pour les projets photovoltaïques sont très élevés, souvent aux alentours de 5%-10%. Ces taux sont plus élevés que ceux des crédits à la consommation classiques des banques. Pire, le crédit proposé est souvent démesuré.

L’avantage de l’autofinancement est le paiement mensuel. Or, le montant du crédit sur sa durée de vie s’avère entièrement hors de prix en ajoutant l’ensemble des mensualités. Cette pratique est très courante, même chez les installateurs photovoltaïques les plus réputés. Il est important de comprendre la logique du commercial qui gagne plus en commissions en vous vendant un crédit qu’en vous vendant le système photovoltaïque lui-même !

L’investissement par autofinancement reste une option sage compte tenu du retour sur investissement important d’une installation photovoltaïque. Éviter en revanche de signer un contrat de crédit afin d’éviter les taux onéreux. Optez donc pour un prêt bancaire auprès de votre conseiller bancaire, aussi appelé prêt de trésorerie ou crédit à la consommation sauf en cas de projet immobilier. Votre agence bancaire vous proposera des taux forcement moins élevés, mais aussi un échéancier mieux adapté à vos besoins.

Découvrez votre potentiel solaire

Découvrez le potentiel solaire chez vous en un seul clic ici :

Je découvre mon potentiel solaire

Devenez enfin un foyer solaire avec élance

élance a pour mission de mettre fin à l’éco-délinquance dans le solaire. Nous vous proposons la première plateforme d’appel d’offres en ligne pour panneaux solaires. En effet, le parcours en ligne a été conçu pour prendre en compte les recommandations de la DGCCRF et de la FFB. Votre passage à une maison solaire sur-mesure est sécurisée avec élance.

élance propose le premier Contrôle de Qualité Indépendant en France. La conformité de chaque système photovoltaïque est contrôlée par un tiers professionnel électrique de proximité selon les normes en vigueur de sécurité électrique. L’installation n’est pas finalisée avant un avis favorable.

Mais d’abord, tous les installateurs photovoltaïques vous fournissent des devis gratuits avec leur documentation juridique, assurances, garanties et labels. Vous pouvez donc comparer et vérifier pour vous-même leurs sérieux en toute transparence. Cet appel d’offres photovoltaïques en ligne est sans engagements. Vous restez anonyme jusqu’à ce que vous ayez sélectionner un intervenant à votre rythme.